Livre Fantome #100

L’identité est une farce, le QUI un mystère. C’est pourquoi il admire le travail de Pirandello. Comment le dramaturge italien parvient-il à réfléchir si sereinement, sans verser dans l’hystérie, à cette question du dédoublement du personnage et de l’acteur, de l’artiste créateur et de l’homme ? N’y a-t-il pas là un hiatus, une schize? Souvent, O. se sent manipulé, pris dans une illusion produite et agencée par une puissance supérieure. Alors il cherche fiévreusement des signes dans le décor qu’offre le monde à qui sait voir. La question de savoir QUI vit sa vie – l’écrivain, ce double, ou « lui », l’auteur – le terrifie. Mais peut-il espérer révéler un jour ce « Qui » ? O. ne le croit plus. Aujourd’hui le monde se tait.