Livre Fantome #39

Quand elle jouit, elle lui dit merci.
Quand il jouit, elle tremble. C’est une danseuse. Et, grâce à elle, O. découvre qu’on ne désire pas un corps mais la liberté qu’il nous révèle. Les gens ordinaires n’ont pas conscience de leur corps, lui dit Capucine, elle qui s’enorgueillit de repérer un danseur en un coup d’œil à sa simple démarche. Rapport au corps, à l’espace aussi. A l’air, ajouterait-il. C’est une caste, un monde dans le monde, une communauté dont il ne sera jamais, comprend O.
Froissé, il répond que sa matière à lui, c’est l’esprit (et non le corps), et qu’il est capable de distinguer les gens qui ont une âme et ceux qui n’en ont pas. Son ton cinglant la fait rire. Il est si sérieux... elle ne le prend pas au serieux. Elle le désarme. Tu es beau, lui dit-elle, quand tu es sévère.