Livre Fantome #64

Lors d’un déjeuner, Sylvère lui confie qu’il aurait voulu être artiste. Seulement, il ne peut pas, et il ne peut pas parce qu’il ne sent rien. Il n’a pas de cœur. « Je n’ai pas de cœur », répète-t-il, rongé par la honte et la culpabilité. Vivre sans cœur, c’est vivre dans l’attente et le mensonge, ni vivant ni mort. Depuis quand son cœur a-t-il cessé de s’intéresser, de s’adresser à lui ?