Livre Fantome #72

Chaque jour où il écrit, il renonce un peu plus à ses droits sur celui qui se présente au monde, qui enseigne, paie ses factures, achète son pain ou des oranges chez le primeur. Au début, O. écrivait pour augmenter la vie, désormais la vie est devenue un simulacre auquel l’écrivain prête parfois complaisamment, parfois avec lassitude, sa silhouette.
Fidèle à l’écriture, cette compagne « qui oriente notre vie, qui suit chacun de nos pas et conspire en secret contre nous », il est devenu l’ombre de son ombre.